« Prospérine Virgule-Point et la phrase sans fin » de Laure Dargelos #PLIB2022

À Demi-Mot, petite bourgade sans histoire reposant sur un manuscrit inachevé, les habitants polissent et réparent les lettres tout au long de l’année. Mais Prospérine Virgule-Point, qui ne fait jamais rien comme les autres, préfère bichonner ses Trompettes à pétales plutôt que de faire fleurir l’empire des points et des virgules. Tout bascule un beau matin lorsqu’elle découvre un corps à l’intérieur de sa boutique. Accompagnée d’Honoré, un citadin passablement exécrable, et de son frère, champion de plongée littéraire, Prospérine va devoir fouiller parmi les secrets les plus enfouis de la Capitale pour sauver Demi-Mot. Et si tout était lié à cette mystérieuse phrase sans fin laissée en suspens par l’Auteur  ? (résumé de l’éditeur)

Même si ce roman me faisait envie depuis longtemps, ce n’est que dans le cadre du PLIB que je me suis (enfin) lancée dans sa lecture. Au départ, je n’en savais pas grand chose et l’idée que j’en avais été assez obscure. Une « bourgade reposant sur un manuscrit inachevé » ? De la « plongée littéraire » ? Et bien, c’est à prendre au sens premier, le village est réellement DANS un manuscrit, et les habitants en entretiennent vraiment les lettres et les caractères. Le récit se passe dans le Monde des Mots. L’idée de départ, c’est qu’à chaque fois que quelqu’un dans le monde réel écrit quelque chose (de la thèse au roman policier en passant par la liste de course), dans le Monde des Mots, les habitants font en sorte que le Texte reste en bon état.

J’ai vraiment adoré cette lecture, entre fantasy et cosy-mystery. L’intrigue de base est très originale, et l’autrice va encore plus loin : le texte lui-même est écrit de manière à servir ce qui est raconté. Honoré est un jeune de la Capitale et il parle avec un accent un peu snob : dans le roman il met des majuscules à chacun de ses mots, et les autres personnages « entendent » ces majuscules. Ou encore, un homme qui parle au téléphone avec une voix masquée et dont le texte est surligné en noir. Je ne veux pas trop en dire pour vous laisser le plaisir de découvrir tout ça par vous-même !
Je suis heureuse de l’avoir lu en version papier car le livre est rempli d’illustrations en couleurs, toujours au service du récit, elles ne sont pas là simplement pour faire joli.

J’ai beaucoup aimé les personnages principaux, Prospérine qui est une gentille casse-pieds têtue qui fonce tête baissée, et Honoré qui se retrouve malgré lui embarqué dans cette enquête.

Je vous conseille vivement cette lecture qui est vraiment rafraîchissante !

#PLIB2002 #ISBN9782957023745

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :